Français
Service d'Urologie
HEGP & Necker
Paris XV, France
Transplantation rénale
pt_coelio
L’insuffisance rénale terminale est une condition liée à la perte de fonction des deux reins; cette perte de fonction peut-être due à un grande nombre de maladies survenant à des âges différents (diabète, polykystose rénale, glomérulonéphrites, etc.).
Le traitement de cette insuffisance rénale repose sur la dialyse dont les effets secondaires sont aussi importants que les contraintes sur la vie quotidienne.
Parce que la dialyse est une technique de substitution imparfaite, la transplantation rénale reste le meilleur traitement de l’insuffisance rénale terminale.

En France, près de 2400 transplantations rénales sont réalisées chaque année dont près de 200 à Necker. Les greffons sont issus de donneurs en état de mort encéphalique (d’où l’importance de la carte de donneur d’organe) ou de donneurs vivants apparentés et l’on parle alors de transplantation familiale.
Dans ce dernier cas, un proche du patient peut, s’il est compatible, donner un rein et permettre ainsi une transplantation de qualité dont les résultats sont supérieurs aux autres transplantations rénales.

Le prélèvement du greffon chez le proche se fait le plus souvent par coelioscopie; il s’agit d’une intervention d’un haut niveau technique, nécessitant un opérateur expérimenté et une équipe médico-chirurgicale très entraînée. En 2007, près de 230 opérations de la sorte étaient réalisées en France dont 45 à Necker.

Questions fréquemment posées
Mon meilleur ami est en dialyse ; puis-je être candidat pour lui donner un de mes reins ?

Pour des raisons éthiques, il est impossible, en France, de donner un rein à un ami. Il faut en effet que le donneur et le receveur soient apparentés, mariés ou en couple.

Quelqu’un de ma famille est en dialyse ; quelles sont les démarches pour savoir si je peux lui donner un rein ?

Les démarches sont plus simples que ce que l’on croit. Il faut absolument en parler au néphrologue qui suit la personne en dialyse. Celui-ci organisera les démarches avec le comité donneur vivant qui jugera de la faisabilité du don (compatibilité entre le donneur et le receveur, absence de maladies chez le donneur, évaluation psychologique, etc.)

Peut-on vivre avec un seul rein ?

Oui et heureusement !. Dans le cadre du donneur vivant apparenté, un bilan médical complet est entrepris pour être certain que le donneur ne présente pas de problème de santé. A ce moment là, l’ablation d’un rein ne pose pas de problème. Néanmoins, le rein restant est précieux ce qui oblige le donneur à une hygiène de vie correcte et surtout à un suivi régulier par un médecin.

Pour en savoir +
pt_abm
Pour en savoir plus, n'hésitez pas à visiter le site de l'agence de la biomédecine (ex établissement français des greffes)
Créer un site avec WebSelf
Pr Timsit, HEGP, Paris Juin 2010©